Archives de Catégorie: Historique

Le rêve de Galilée

Auteurs : Kim Stanley Robinson | Paru en : 2011 | Pages : 588 | Prix : 24€30 | Éditions : Presses de la Cité

lerevedegalile“Entre vérité historique et science-fiction, un portrait original du visionnaire Galilée. Venise, en 1609. La science est en pleine expansion. Philosophes et mathématiciens mènent leurs recherches à l’ombre de l’Eglise, qui veille à ce que leurs découvertes ne soient surtout pas trop audacieuses. C’est à cette époque que Galilée rencontre un étranger qui l’aide à mettre au point un télescope révolutionnaire. Cette invention va lui ouvrir les portes du monde dont est justement originaire cet homme : Europe, la deuxième lune de Jupiter, en 3020. Galilée va désormais naviguer entre le XVIIe siècle et le 4e millénaire, rapportant de ses voyages dans le futur de quoi alimenter de nouvelles découvertes. Celles-ci ne tardent pas à lui valoir des accusations d’hérésie. Fusion étonnante d’histoire et de science-fiction, ce roman ambitieux dresse un portrait fouillé et passionnant d’un Galilée plus vrai que nature, tout en redonnant vie au bouillonnement intellectuel et aux controverses du XVIIe siècle.”


Mon avis

Je suis tombé sur ce livre par hasard. Le titre a attiré mon regard car je sais qui est Galilée à cause de ma formation scientifique. Donc j’ai voulu en savoir plus sur ce livre, d’autant qu’il est classé dans le rayon Science-Fiction. J’ai donc lu le résumé pour me rendre compte que ce livre pourrait me plaire.

Le livre traite donc de la vie de Galilée, de ses découvertes, et de l’apparition dans sa vie d’un homme d’un futur lointain qui vient lui demander de l’aide pour résoudre une grave crise qui secoue son époque si lointaine. Dans ce futur, les Hommes ont colonisé les Lunes de Jupiter et ont fait une découverte surprenante et dangereuse pour eux. Comme l’Homme est par nature craintif, ils vont faire des choses qu’il n’aurait pas fallu faire. Une partie du roman se passe donc dans l’époque de Galilée et l’autre, plus petite, dans le futur très lointain.

J’ai donc commencé la lecture sans trop savoir à quoi m’attendre avec ce roman. Le style d’écriture est fluide, et le livre se lit assez bien, les descriptions sont bien détaillées. Je pense que je vais essayer de me procurer d’autres ouvrages écrits par Kim Stanley Robinson. En revanche le mélange de l’aspect historique et de le SF ne se fait pas sans heurts…

Pour ce qui concerne l’aspect historique, j’ai appris de nouvelles choses sur la vie de Galilée et de la manière dont il a conduit ses recherches, avec cependant quelques incohérences vis-à-vis de ce que je savais déjà. Le roman pèche parfois sur des longueurs dans le récit : on se voit même envisager de passer certaines pages tant ce qu’on lit est mou ou peu intéressant.

En ce qui concerne les passages de SF, je trouve qu’ils arrivent parfois et même trop souvent comme un cheveu sur la soupe. Ce n’est pas tout le temps bien ficelé, comme si l’auteur essayait de caser le futur lointain en le raccrochant à ce qu’il peut. Si le roman était 100% SF avec cette histoire sur les Lunes de Jupiter, ça aurait pu faire un super roman de SF. Mais là “Le rêve de Galilée” mêle de façon erratique ce qui se passe plus de 1000 ans dans le futur avec l’époque de Galilée.

Enfin, j’ai constaté de graves erreurs scientifiques dans ce roman. Avec un peu plus de documentation, l’auteur n’aurait pas dit par exemple que la longueur d’onde de la radiation rouge était plus courte que celle d’une radiation bleue, ce qui est tout le contraire…

Pour finir, les deux aspects une fois mélangés, donnent souvent une impression de longueur et que l’histoire n’avance pas. J’ai eu souvent l’impression de ne jamais voir la fin du livre arriver… C’est dommage, car j’ai quand même bien aimé lire les passages dynamiques du livre. J’ai aussi bien apprécié le coté historique du livre. Je mettrais bien un 2,5/5 en notation, mais je n’ai pas de demi-étoile… Donc je vais arrondir à 3 Sourire.

 

Anna's bookshelf

Blog de mes découvertes littéraires.

Citalivres...

"Travailler moins pour lire plus"